Recherche

Commander via Amazon

Collection « Palimpsestes »

Pour une relecture du post-humain
Joëlle Busca
ISBN 2-87317-175-8
80 pages, 8 illustrations, 12 x 18 cm, cousu
13 €, 2003

Beauté artificielle qui se donne la peau de l’art, Orlan fait différence et passage dans la problématique du masque, de l’identique et du double. Comme Saint Barthélemy, elle offre sa peau. Comme Gilbert & George, elle cultive une identité éclatée, mais ni floue ni brouillée. Elle est et reste elle-même, ayant fait sien le mot d’ordre de Barbara Kruger « Your body is a battleground ». Entre le prudent « Larvatus prodeo » de René Descartes et le culotté « Notre visage est notre ouvrage » du brut Jean Dubuffet, opposée au sens commun qui relègue la femme à la fonction d’icône, Orlan impose sa légitimité d’artiste à concevoir des images dont elle est l’unique sujet. Elle a bien intégré la toute puissance grandissante des sciences et des technologies sur les êtres, de la propagation d’épidémies fomentées aux possibilités de manipulation ou de réparation. Orlan prétend que le lieu de l’avant-garde s’est déplacé de l’art à la génétique. Une politique de l’incarnation.

Joëlle Busca, Docteur en esthétique (Paris I Sorbonne) et critique d’art, spécialiste de l’art contemporain africain, a publié à La Lettre volée Miquel Barceló. Le Triomphe de la nature morte (« Palimpsestes », 2000).