Recherche

Accueil du site // Catalogue // Titres // I. Études et essais // Revue de l’Institut de sociologie // Saul Alinsky : organiser et armer la communauté
Revue de l’Institut de sociologie

Revue de l’Institut de sociologie 2014
Daniel Zamora (s.l.d.)
144 pages, 15 x 23,5 cm, broché
ISBN 978-2-87317-481-1
25 €, 2017

Saul Alinsky est aujourd’hui considéré comme l’un des « pères » du Community Organizing. Né en 1909 de parents issus de l’immigration juive russe, dans une famille religieuse et pauvre, il deviendra essentiellement célèbre pour son travail dans les quartiers pauvres américains de la fin des années 1930 à sa mort, en 1972. Ainsi, c’est dans les quartiers les plus défavorisés de Chicago et dans d’autres villes plus tard, qu’il rassemblera les citoyens dans de larges organisations communautaires d’inspiration syndicale, afin de défendre leurs droits et revendiquer de meilleures conditions de vie. Il va d’ailleurs fonder sa propre organisation « d’organisateurs professionnels », l’Industrial Areas Foundation qui est encore active de nos jours. À côté de cette activité militante, Alinsky écrira également plusieurs ouvrages importants dont deux – Reveille for Radicals et Rules for Radicals – sont directement liés aux questions du Community Organizing et des méthodes d’organisation. C’est avant tout pour ces deux ouvrages devenus des « classiques » que son héritage théorique est d’un grand intérêt pour les travailleurs sociaux et les chercheurs. Ses travaux auront une grande influence sur le travail social aux États-Unis et de nombreux groupes militants ayant marqué les années 1970 s’en réclameront.

Contributions de Daniel Zamora, « Introduction » ; Saul Alinsky, « La guerre contre la pauvreté. De la pornographie politique » ; Daniel Zamora, « Saul Alinsky et les sociologues de chicago. esquisse d’une sociologie contestataire au temps de la Grande Dépression » ; Adrien Roux, « community organizing : une méthode résolument américaine » ? » ; Mike Miller, « organisation et éducation : Saul Alinsky, Myles Horton et Paulo Freire » ; Claude Javeau, « Eugène Dupréel » ; Anne Bessette, « Les enjeux du vandalisme sur les œuvres d’art dans les musées depuis 1985 »