Recherche

Revue « L’Étrangère »

François Muir
ISBN 978-2-87317-443-9
156 pages, illustration de François Muir, 14 x 22 cm, broché
15 €, 2014

L’oeuvre poétique de François Muir – au même titre que ses romans et ses récits – demeure aujourd’hui encore peu connue en dehors du cercle restreint de ceux qui le côtoyèrent de son vivant. À peine ce cercle s’est-il élargi au fil des années, grâce notamment aux correspondances qu’il a su établir avec quelques auteurs et critiques, et non des moindres, et bien sûr grâce aux éditeurs qui s’engagèrent à publier cette oeuvre, dont une part est posthume. Et tout un travail à venir tarde à faire connaître les inédits dont l’importance ne semble faire aucun doute. Ce qui faciliterait la confrontation nécessaire de cette oeuvre avec la création poétique de l’époque, une oeuvre qui, en raison de son originalité et de sa fécondité, se tient à distance de la plupart des oeuvres qui lui sont contemporaines. La singularité de cette oeuvre poétique et l’aventure intime dont elle témoigne se prêtent peu à quelque comparaison.

Jean-François de Bodt (1955-1997), dit François Muir, est un poète, romancier et plasticien belge qui participa à plusieurs reprises à des tournées du Plan K, la compagnie de Frédéric Flamand, vécut et se maria en Thaïlande dans les années 1990. Son œuvre littéraire fut essentiellement publiée chez Didier Devillez (Bruxelles). L’écrivain belge Stéphane Lambert a publié un livre sur François Muir sous le titre Le Jardin, le Séisme (La Lettre volée, 2013).

Contributions de Frédéric Baal, Nathalie Brillant Rannou, Jean-Patrice Courtois, Jacques Izoar, Jack Keguenne, Stéphane Lambert, François Muir, François Rannou, Pierre-Yves Soucy.