Collection « Poiesis »

Poèmes inédits
François Muir
56 pages, 14 x 21 cm
ISBN 978-2-87317-464-4
14 €, 2016

L’ensemble de l’oeuvre poétique de François Muir s’impose progressivement au sein de la création poétique contemporaine. cette oeuvre est celle d’un auteur mort jeune qui se sera consacré avec une obstination démesurée à son travail poétique. L’esprit de la suite proposée ici s’inscrit dans le droit fil des deux livres précédents, Le Jeûne dans la vallée et L’Infamie de la lumière, tous deux parus dans la même collection « Poiesis » l’année dernière. Bien que très sensible au rythme du texte investissant de manière discrète le lyrisme de sa langue si manifestement distincte de toute autre poésie, le lecteur ne trouvera rien de ce qui peut ressembler à des stéréotypes, rien de conventionnel non plus dans ces textes. La force de ces textes tient dans cette détermination de l’auteur à creuser le champ de l’expérience humaine pour le conduire jusqu’à ce basculement vertigineux dans les questions les plus intimes, dans les matières primordiales de l’existence. ce qui devient alors l’enjeu majeur de cette poésie n’est alors plus une simple transposition de l’immédiateté de ce qui peut être noté, mais les débordements auxquels la parole, sur la base de ce qui est donné dans l’expérience de la vie, peut parvenir à faire voir et sentir. nous sommes en présence de véritables avalanches poétiques alors que chaque texte éprouve cette liberté d’expression et trouve place en chaque vers. Les risques que l’auteur aura pris tout au long de son existence l’auront conduit aux limites de la vie et de l’écriture poétique.

François Muir (de son vrai nom, Jean-François de Bodt) est né à uccle (Bruxelles) en 1955. Poète et plasticien, mais aussi auteur de nouvelles et de récits, il a suivi des études classiques. il écrit très tôt et publie dès 1977 quelques plaquettes de poésie. après avoir participé à des tournées internationales du Plan K, la troupe de Frédéric Flamant, il se consacrera de plus en plus à son écriture et voyagera aussi bien dans toute l’europe qu’en amérique, en afrique et en asie. son œuvre à ce jour disponible, Le Mort des commencements, est publiée en six volumes (Bruxelles, Didier Devillez éditeur) entre 1996 et 2001. Il décède en septembre 1997. Une partie significative de cette œuvre reste encore inédite. Ce troisième recueil de poésie fait suite à la publication en 2014 de L’Infamie de la lumière et Le Jeûne de la vallée aux éditions de La Lettre volée.