Collection « Poiesis »

Guy Vaes et André Janssens
ISBN 2-87317-139-1
56 pages, 25 ill., 12 x 21 cm, cousu
14,50 €, 2001

26 exemplaires de tête sur Rives classic, numérotés avec un tirage photographique d’André Janssens, 56 €

Ce recueil développe une vision commune ou devenue telle. Un photographe, André Janssens, et un poète, Guy Vaes, ont mis au point un système d’échos. De l’image en grisaille où s’éveille un œil — celui d’un peintre, d’une romancière, d’un poète, d’un homme de théâtre, la plupart connus de l’amateur —, à l’image écrite, quelle est l’originelle ? Celle qui se laisse regarder, sans doute. Ou doit-on croire à des naissances simultanées ? De toute façon, il y eut d’abord l’œil, ensuite le regard. L’œil est le réceptacle des formes. Le monde y fait son nid. Dans ce globe brillant s’entassent horizons, océans, forêts et créatures. Au regard de projeter ce butin à l’extérieur, d’y faire un choix. Il arrive aussi que l’œil devienne symbole, signe d’une autorité divine. Comme chez le pharaon qui surveille la croissance de son tombeau. Ainsi, entre l’œil, miroir originel, et le regard, attentif au détail, se déploient notre étonnement d’être et les peurs qui découlent. Les poèmes de Guy Vaes sont illustrés par des fragments de portraits photographiques d’écrivains tels que Chantal Chawaf, Serge Creuz, Anne-Marie La Fère, Pierre Mertens, Alain Robbe-Grillet, Roland Topor, Georges Wielemans, Paul Willems et deux inconnus.

Guy Vaes est né à Anvers en 1927. Il a entre autres publié L’Envers (1983), prix Rossel, L’Usurpateur (1994) et, tout récemment Les Apparences (2001).

André Janssens est né à Bruxelles en 1933. Après un doctorat en médecine, il se consacre à la photographie depuis 1973. Parmi ses publications figurent notamment : Les Yeux noirs (1999), Pierres de fertilité (1999), Le Ciel est bien dégagé derrière mes oreilles (2000), Fenêtres, ni dedans ni dehors (2000).