Recherche

Accueil du site // Catalogue // Titres // ll. Littérature // Collection « Poiesis » // Du perdant et de la source lumineuse
Collection « Poiesis »

Kees Ouwens
96 pages, 12 x 21 cm
ISBN 978-2-87317-474-3
16 €, 2016

Il y a lieu de préciser qu’il s’agit du premier livre de ce poète hollandais à paraître en traduction française. Son œuvre est sans doute l’une des plus reconnues de la scène poétique des Pays-Bas et est de plus en plus largement traduite. Dans la postface que nous propose sa traductrice, Elke De Rijcke, celle-ci écrit « Du perdant et de la source lumineuse décrit de façon extrêmement lucide les processus mentaux, spirituels, sensibles, émotionnels et physiques qu’un homme traverse lorsqu’il se confronte frontalement à la condition mortelle. Ces processus s’énoncent à travers des textes d’une puissance poétique surprenante, due à l’approche particulière de la forme et du contenu. chaque poème relève à sa manière le défi de rapporter une matière de vie, en essayant de comprendre en quoi cette matière consiste et comment elle peut se traduire poétiquement. Lire Ouwens est à tout niveau une véritable aventure, voire une initiation, même pour ceux qui connaissent déjà bien le domaine poétique. et s’il faut commencer quelque part pour en parler, nous commencerons par l’énigme de la forme, à partir de laquelle se déploie et se révèle le contenu. Les formes des poèmes dans Du perdant et de la source lumineuse remuent profondément la langue. si ouwens bouscule la langue néerlandaise et la forme poétique que l’on puisse donner à cette langue, il relève en première instance le défi qui provient du contenu, en se posant la question comment ce contenu peut accéder à une forme. Pour l’auteur, il s’agit de créer une langue qui suive au plus près les sinuosités de l’expérience d’une vie. »

Le livre ici traduit a été publié pour la première fois en 1997. L’essentiel de l’œuvre d’Ouwens (1944-2004) a été regroupé et publié en 2002 sous le titre Tous les poèmes jusqu’à présent (Alle gedichten tot dusver, Amsterdam, Meulenhoff, 2002). Il fera paraître un dernier ensemble de poèmes intitulé Vers le regain en 2002, une édition bibliophilique parue chez Hugin & Munin à Utrecht.

Elke De Rijcke présente Kees Ouwens — poésie, vision et mystique contemporaine au Centre Wallonie-Bruxelles (Paris) - mardi 13 mars 2018 – 20h

Elle s’entretiendra avec Marie de Quatrebarbes et Philippe di Meo.
  
Elke de Rijcke (Gand, 1965) est écrivain et traductrice. Ses recherches poétiques concernent différents champs (neurosciences, arts plastiques, musique, botanique, astrophysique et astrologie) et explorent les possibilités du journal poétique. Elle fait partie du Brussels Poetry Collective (Passa Porta/Bruxelles) et enseigne les arts et la littérature à l’École Supérieure des Arts Saint-Luc et l’Erg Bruxelles. Publications récentes : juin sur avril/juni over april, édition bibliophile et bilingue, druksel, 2017 (poésie) ; Quarantaine, Tarabuste, 2014 (poésie) ; Västerås. DARK PASSAGE. Journal d’une désémancipation, Le Cormier, 2012 (poésie) ; / L’Expérience poétique dans l’oeuvre d’André du Bouchet, Coll. Essais, La Lettre volée, 2013.
http://elkederijcke.be
 
Marie de Quatrebarbes est une auteure née en 1984. Elle a publié notamment Les pères fouettards me hantent toujours (Lanskine, 2012), La vie moins une minute (Lanskine, 2014), et Gommage de tête (Éric Pesty Éditeur, 2017). Elle a co-fondé la revue de traduction et poésie "La tête et les cornes" avec Maël Guesdon et Benoît Berthelier, et développe plusieurs projets éditoriaux. Son prochain livre, John Wayne est sous mon lit, paraîtra en 2018 aux éditions CipM / Spectres Familiers.
http://mariedequatrebarbes.org
 
Philippe di Meo est traducteur de l’italien, essayiste et professeur de traduction littéraire. Il a traduit en français les œuvres de Giorgio Manganelli, Carlo Emilio Gadda, Andrea Zanzotto, Federigo Tozzi, Pier Paolo Pasolini, Bartolo Cattafi, etc.. Il a traduit récemment Les yeux fermés de Federigo Tozzi (La Baconnière, 2016), Vocatif suivi de Surimpressions d’Andrea Zanzotto (Maurice Nadeau, 2017), Les Commencements de Giuseppe Bonaviri (La Barque, 2018) et Salons de Giorgio Manganelli (L’Atelier contempora^
 
Kees Ouwens (1944-2004) est un des poètes hollandais majeurs de la fin du 20e siècle. Dans son œuvre à forte teneur autobiographique, il retrace dans un langage hors du commun les expériences de la subjectivité masculine. Véritable inventeur d’une nouvelle langue et approche poétique, il esquisse de manière pénétrante et désarmante l’esprit hollandais. Du perdant & de la source lumineuse (Van de verliezer & de lichtbron, 1997) est le premier recueil d’Ouwens traduit en français. Le poète y décrit de façon extrêmement lucide les processus physiques, sensibles, émotionnels et mentaux qu’un homme traverse lorsqu’il se confronte à la condition mortelle.