Collection « Poiesis »
Stéphanie Ferrat
ISBN 2-87317-318-0
112 pages, 12 x 21 cm, cousu
16 €, 2007

Abîmer de jour est chargé de toute l’essence du recueil, comme si notre vie consistait à marquer, à inciser le mouvement même de la vie. Stéphanie Ferrat travaille une langue courte, sèche, qui vient affirmer le poids, l’inertie du réel qui avance, à la cadence de notre propre pas. L’auteur, dans ce recueil, ouvre un espace poétique inédit, dans sa manière de clouer en début de poème (et au centre même de celui-ci) des verbes à l’infinitif. Comme si elle posait, par ces verbes non conjugués, l’action dans le définitif, réduite au corps restant. L’infinitif d’un verbe est une action sur place, sans dégagement a priori : action retenue, un minéral, un os dans sa concentration de gestes. Et c’est bien d’ossements dont il est question ici, de vie, de mort, de cette attitude face au monde qui n’en finit pas de surprendre ; et dont on ne cesse de chercher le sens. Une forme d’arrêt semble être à l’origine de la venue des mots. Quelque chose s’est passé, infime, un tremblement. Les poèmes, comme une archéologie de ce qui a été. Présence du corps donné ; non par débris, mais par morceaux ; renvoyant à une forme d’unité impossible, celle du corps, celle du poème, de l’écriture.

Stéphanie Ferrat est née en 1972 à Aix-en Provence. Elle vit à Draguignan (Var). Elle est également plasticienne et s’occupe de la maison d’édition Pavupapri où se rencontrent œuvres poétiques et œuvres plastiques. Elle a publié plusieurs recueils de poésies dont : Viande (Artci-Lab, 2000), Jours d’apophyses (Pré Carré, 2002), Long sur elle (Propos2 Editions, 2004), Rein définitif (L’Attentive, 2004), Couvrir la bouche (Le dé bleu, 2004), Corps seulement (Remarque, 2005). Elle a également publié dans les revues Propos de campagne, La Canopée, N4728, Le Nouveau Recueil