Collection « Poiesis »

François Muir
72 pages, 14 x 21 cm, cousu
ISBN 978-2-87317-445-3
15 €, 2014

La vie est une brûlure à découvert qui signale à la fois l’infini et l’obscurité qui la commandent. cette plongé dans ce qu’il nomme le dehors du monde où il s’agit bien plus que de simplement résister consiste à ternir en éveil une vision à jamais inquiète, une manière de résister à ce qui échappe à tout contrôle. On y découvre alors comme une parole poétique qui procède par arrêt sur image afin de rendre plus vif, afin de porter plus vivement à la conscience, ce qui abouche le corps au monde. Cette œuvre de haute tenue demande une lecture attentive, concentrée. très vite elle révèle ses éclats, sa transparence et sa netteté. ce qui invitait très justement l’auteur sud-africain, John Maxwell Coetzee, prix Nobel de littérature 2003, à lui écrire : « Votre poésie m’impressionne à la fois par sa clarté et sa limpidité. »

François Muir (de son vrai nom Jean-François de Bodt) est né à Uccle (Bruxelles) en 1955. Poète et plasticien, mais aussi auteur de nouvelles et de récits, il écrit très tôt et publie dès 1977 quelques plaquettes de poésie. Après avoir participé à des tournées internationales du Plan K, la troupe de Frédéric Flamant, il se consacrera de plus en plus à son écriture et voyagera aussi bien en Europe qu’en Amérique, en Afrique et en Asie. Son œuvre à ce jour disponible, Le Mort des commencements, est publiée en six volumes (Bruxelles, Didier Devillez éditeur) entre 1996 et 2001. il décède en septembre 1997. Une partie significative de cette œuvre demeure inédite.