Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Commander via Amazon

Collection « Essais »

Transferts cinématographiques et littéraires

Nicolas Goyer
ISBN 2-87317-257-6
256 pages, 15 x 21 cm, cousu
26,50 €, 2005

Nicolas Goyer s’attache à penser la trajectoire de l’existence exposée à la vitesse des affects, le visage et la main qui composent avec cette vitesse. « La vitesse dévisage » écrit l’auteur. Comment envisager cette tension propre à notre modernité ? Comment repenser la question de la transmission sur le mode du transfert plutôt que de la filiation dans un monde de mise en rapport, de montage, de déplacements et de migrations. Le principe généalogique même y est mis en tension avec ce qui l’excède, nommément le transfert migratoire. C’est le travail de la littérature et du cinéma que de provoquer de l’invention anthropologique en autant d’épreuves, d’écritures et de montages qui déplacent les concepts, depuis les vélocités tracées par Michaux ou composées par Antonioni. Nourri aux sources de la philosophie et de la psychanalyse, c’est ce que cet essai explore.

Nicolas Goyer est écrivain, traducteur et chercheur indépendant. Il enseigne au Canada. Il a traduit de l’espagnol Mémoire argentine de Tununa Mercado (Paris, Sabine Wespieser, 2004) et codirigé le volume Résurgences baroques (Bruxelles, La Lettre volée, 2001).