Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Collection « Essais »

Yves Bonnefoy
François Lallier
176 pages, 15 x 21 cm
ISBN 978-2-87317-459-0
22 €, 2016

En douze chapitres, dont le premier est consacré aux notions de « présence » et de « vrai lieu », originellement choisies par Yves Bonnefoy comme pierres de touche d’une sortie du surréalisme, et le dernier aux relations ultimes de l’image et du nom, ce parcours montre comment la conscience critique, propre à la modernité, en vient à s’approcher d’une manière originale de l’inconscient (le même dont traite la psychanalyse) à travers une recherche de « l’aube du sens » et du « nom perdu ». Il s’agit toujours, en effet, de discerner le point où le langage cesse d’être à lui-même son propre objet ou son propre horizon — ce qui ne va pas sans poser la question d’un certain type de transfert propre à la poésie.

François Lallier publie depuis 1981 des ouvrages de poésie où il explore les relations du dire et d’un réel en partie étranger. Ses essais sur la poésie, parus depuis 1985 dans diverses revues (Critique, Europe, Pleine Marge, L’Etrangère, Il Particolare…) ont en partie été rassemblés dans les deux premiers volumes de La Voix antérieure à La Lettre volée en 2007 (I. Baudelaire, Poe, Mallarmé, Rimbaud) et en 2010 (II. Jouve, Jourdan, Michaux, Frénaud, Munier). Il a en outre dirigé des volumes collectifs : Avec Yves Bonnefoy. De la poésie (Presses universitaires de Vincennes, 2000), Roger Munier (Le Temps qu’il fait, cahier 17 avec Jérôme Thélot, 2010), Thierry Bouchard (Le Temps qu’il fait, cahier 18 avec Christian Hubin, 2013). Un dossier lui a été consacré par la revue Europe en 2012.